La belle au bois dormant par le Ballet de Kiev

 

la-belle-au-bois-dormant-par-le-ballet-opera-national-de-ki

 

Mon amie L*** m’a proposé de l’accompagner voir le Ballet de Kiev au Zénith de Paris il y a deux jours. Je n’avais pas pris de place pour ce ballet, je ne connaissais pas la compagnie, et le
Zénith me laissait un peu perplexe. Je ne suis jamais allée voir récemment de la danse dans de grandes salles comme cela. J’ai un souvenir d’être allée au Palais des congrès avec ma grand mère
voir Cendrillon par le Bolchoï.. Je vous dis ça il me reste le programme dans ma bibliothèque et cela constitue aujourd’hui l’unique souvenir.

Je ne vais pas y aller par quatre chemins, c’était très médiocre. Et ce pour plusieurs raisons.

Il fallait d’abord entrer dans le Zénith sous une pluie bien désagréable. Cela a pris un certain temps, et il faut encore attendre que l’ouvreuse nous place. Tiens elle est payée au pourboire, je
trouve ça scandaleux que ce genre de rémunération existe encore, bonjour le droit du travail. Nous sommes donc installées dans cette salle immense qui se remplit peu à peu. Des vendeurs passent
avec des programmes, mais aussi des glaces et tout un tas de cochonneries. Quand je vais au cinéma, je déteste (oui vraiment, j’ai déjà quitté une salle pour ça) quand les gens mangent. Alors là?
Non c’est un blague il ne vont pas se faire des chips pendant le spectacle. Restons calmes. L’heure tourne et le spectacle ne commence toujours pas. Je regarde l’heure, 20h55… mouais bon il
serait temps que ça démarre… La salle se met à applaudir pour tenter de faire commencer ce ballet. On nous met dans le noir, mais toujours rien. Ouf il est 21h10, on éclaire le berceau et la
musique démarre! La musique comment vous dire? Musique enregistrée – ça je le savais avant d’y aller – mais quel enregistrement ! Horrible, ce qui provoque chez L*** et moi de nombreux fous
rires, mêlés d’indignation. Même sur deezer, l’enregistrement est meilleur, c’est vous dire la qualité du son ce soir. Ajoutez à cela des enceintes uniquement placées sur le côté de la scène,
cela vous donne une espèce de bruit de fond en mono, et vous laisse un peu à côté. Je vous passe les bruits de chips, glaces et autres boissons, plus les flashs pendant tout le spectacle (du coup
puisque tout le monde prend des photos, moi aussi, mais sans flash!). Dur, dur de se concentrer.

Ambiance de la salle avant spectacle

Sur la scène, on a un décor en carton, un petit berceau, et une rangée de spots bien évidents…Les courtisans entrent sur scène, avec des costumes tous plus kitchs les uns que les autres. Voilà
le roi et la reine, très élégants avec leurs perruques blanches. J’ai du mal à me concentrer, c’est difficile avec tout ce monde. Entrée des fées, c’est pas mal, la chorégraphie est différente de
celle que je connais. Elles ne tournent pas au début en se tenant les mains, de même dans l’alignement avant les pirouettes, ce sont des petits soldats à cape dorée qui viennent les faire
tourner. Je n’ai pas acheté le programme, la seule information que je suis parvenue à avoir c’est juste « chorégraphie de Marius Petipa »… euh oui mais faut nous dire qui a transformé à ce point
cette chorégraphie. Si quelqu’un a l’information, je suis preneuse. On a le droit à la Fée Lilas, qui jette ses jambes qu’elle a pourtant très belles. La variation manque terriblement de
suspension qui en fait normalement le charme. Le regard du spectateur doit suivre la pointe du pied qui doit former un arc de cercle dans l’espace. Rien de tout ça, la jambe monte et retombe, le
regard suit, il va directement au sol. L’effet baguette magique qui doit arroser la salle de charmes de de dons bienveillants ne se produit pas. C’est bien, c’est propre cela ne va pas plus loin.
Et là, c’est le drame, voilà que la fée Carabosse débarque ! Où sont passées les variations des fées?! C’est quand même le meilleur moment dans la Belle au bois dormant.

entrée de la fée carabosse Ballet de Kiev

 

On passe sans transition aucune, puisqu’il n’y a pas de rideau, et donc pas de changement de décor, à l’anniversaire des 16 ans d’Aurore. Elle entre sur scène avec un tutu rose Barbie. Rien de
très convaincant dans son jeu de scène ni dans celui de ses camarades d’ailleurs. Elle sait très bien qu’elle ne doit pas se faire piquer et pourtant elle s’amuse avec une longue aiguille, son
père le sourire béat lui court péniblement après, là encore on n’y croit pas. Je préfère la version bouquet de fleurs où Aurore se pique sans voir l’aiguille.

La princesse tombe au sol et la fée des lilas conjure le sort en l’adoucissant, au lieu de la mort, la princesse dormira cent ans.

Entracte… le moment de faire un bilan. Certes, le ballet n’est pas terrible dans une version qui me semble bien raccourcie, mais cela a déplacé du monde qui ne va pas forcément à l’Opéra ou
dans les théâtres parisiens. J’étais tout de même contente de voir que beaucoup était là en famille, c’était leur cadeau de Noël. J’ai quand même envie de leur crier, qu’à l’Opéra c’est moins
cher et de meilleure qualité.

La belle par le ballet de Kiev acte II

 

Arrive le prince Désiré, pas viril pour un sou, avec des jambes qui ressemblent à des baguettes quand il danse. Gros problème d’en dedans chez ce garçon, les arrivées des sauts sont
catastrophiques et la position cinquième doit lui être inconnue. On continue dans le kitsch avec les bonnets de bain qui jonchent la tête du corps de ballet, qui ceci dit ne s’en sort pas trop
mal. La vision d’Aurore me berce dans l’ennui et je résiste pour ne pas fermer les paupières. Aurore est tout sauf un rêve prometteur. Même reproche que pour la fée Lilas. Les jambes sont jetées,
pas de nuances. Elle est plutôt bonne technicienne mais ne raconte rien. Son visage est le même depuis le premier acte. Petite bataille avec Carabosse et ses lutins, la fée Lilas emmène Désiré
vers le château endormi. Réveil de la princesse, cela ne m’émeut pas et je sais qu’il reste l’acte III qui est long.

Acte III par le ballet de Kiev

 

Les duos des contes de Perrault défilent. Seul le duo de l’oiseau bleu, pourtant réputé très difficile, apporte un peu de danse dans cette soirée. Pas de danses des pierres précieuses, là aussi
supprimées dans cette version. Voilà, au-delà de tous les aspects techniques (son, bruit de chips, lumières, ah oui je ne vous ai pas dit que par moments les danseurs ont été plongés dans le
noir… on a pas la même notion de la lumière tamisée avec l’ingénieur lumière), ce qui manque terriblement à cette compagnie, c’est la danse tout simplement. Techniquement ce n’est pas si mal
(excepté le prince), mais ils ne racontent rien. Il n’y a là qu’exploits techniques avec des jambes qui se lèvent aux oreilles même en arabesque, mais pas d’âme, pas de magie. A aucun moment je
ne suis entrée dans le conte, je suis toujours restée à distance. Je suis sortie épuisée de cette représentation, car pendant tout le temps du ballet j’ai essayé de m’y accrocher, d’oublier la
chorégraphie de Noureev que j’ai dans la tête et dans les pieds, d’oublier la musique. C’est un ballet qui doit être un tout, une sorte d’union entre le livret, la musique, le décor, les
costumes, la danse et le partage avec le public. Il manquait beaucoup d’éléments ce soir là.

  • Distribution du 09 janvier 2011

Ne m’étant pas procuré le programme, et ne connaissant pas les artistes de ce ballet, je vous transmets uniquement ce que j’ai pu trouver sur le net.

Tatiana Goliakova alterne avec Ekaterina Koukhar dans le rôle d’Aurore, aux côtés de d’Alexandre Stoyanov et Uvi Avizov, sur la chorégraphie imaginée par Marius Petipa en 1877.

 

Allez un petit peu d’Aurélie Dupont, pour se remonter le moral.

 

 

Partager l’article !
 
La belle au bois dormant par le Ballet de Kiev:
 

 

Mon amie L*** m’a proposé de l’accompagner voir le …

10 réflexions au sujet de “La belle au bois dormant par le Ballet de Kiev

  1. Cams says:

    Et bien! Moi qui avais très longuement hésité à prendre une place j’ai bien fait de renoncer!

    J’adore la belle au bois dormant mais c’est vrai que ça peut vite devenir très kitch et très long selon les versions.

    Si en plus on supprime les variations des fées et des pierres précieuses ça ne va plus! Et le public, comment a-t-il accueilli le ballet?

  2. Pink Lady says:

    Ton compte-rendu m’a fait bien rire… J’en ai vu une aussi il y a 2 ans, une Belle kitsch à souhait dans un théâtre populaire (beaucoup plus cher que l’Opéra aussi), avec tutus pailletés,
    synopsis délirant et princes in-Désiré-s qui te donnent envie de revenir au 19e siècle, où on ne les voyait pas…  Les danseurs n’y croient pas et pire, ne font qu’accréditer tous les
    clichés de la danse classique. Pourtant, étonnament, le public (qui va de 5 à 80 ans, en sautant la tranche d’âge 18-60) a l’air d’apprécier. L’ONP propose un Lac freudien à guichets fermés
    depuis 3 mois pour Noël, le Zénith une Belle rose bonbon sans doute accessible jusqu’au jour-même, le choix a dû être vite fait…

  3. Fab says:

    Bon, j’avais un peu hésité à y aller… et, c’est sûr, ta photo de la scène prise de la salle ne donne vraiment pas envie! Il faut dire qu’un ballet au Zénith, c’était déjà un gros challenge
    en soi alors si le reste n’a pas suivi…

  4. LysNoir says:

    Ma foi, mon fils voulait y aller, je lui ai dit non car je craignais exactement ce que vous avez raconté…Très bon billet, très drôle, ce blog est toujours un plaisir….

  5. Fée Dragée says:

    Deux remarques de la part de quelqu’un qui n’a pas vu le spectacle… Alors mille excuses… Je resterai « généraliste ».

     

    1. Il est fréquent que La Belle soit donnée dans une version abrégée en tournée ; le Ballet du Théâtre Mariinski fait de^même…

     

    2. Je ne suis pas sûre qu’une salle comme le Zénit soit idéal pour un ballet…

     

    A suivre : il me semble que le Béjart Ballet sera en tournée

    dans quelques Zénit en France à partir du mois de mars… Je mettrai l’info bientôt sur le forum de Corps et Graphies…

     

    Pardon, je crois que j’ai un peu décalé mes mots… Impossible de relire et donc corriger les commentaires, mais ce blog est si sympa que j’en fais tout de même…

     

     

  6. marc says:

    Tombé sur vos commentaires… J’étais à la représentation du dimanche, avec ma fille de 7 ans. La salle était remplie de filles de 7 ans (et de 6 et de 9 aussi), ce qui était charmant. Surtout à
    l’entracte quand elles s’amusaient toutes à danser, chacune de son côté… Ah au fait, le spectacle était supposé être sur scène, donc… toutes les fillettes ont bien aimé (à condition que les
    adultes leur racontent en même temps ce qui se passait… genre: pourquoi elle danse avec l’aiguille alors que c’est dangereux?)… et c’est déjà ça. Elles ont aussi aimé les pop corns. Mais l’a
    cerise sur le gâteau, c’est tout de même cette musique enregistrée: un ballet c’est autant la musique que la danse, non? Surtout quand c’est Tchaïk! Et dans chaque acte, l’ultime note abruptement
    coupée. J’étais à côté des ingénieurs du son, que j’ai applaudi ironiquement. Mais ils s’en foutaient: ils pensaient qu’il n’y avait que des bourricots dans la salle. Et des petites filles.

  7. lefennec13 says:

    Un dimanche qui n’avait rien d’un conte de fée ! La Belle au bois dormant par le ballet de Kiev, enfin une parodie, dans une ambiance un tantinet kermesse. Le contraire de ce que l’on attend d’un
    ballet comme celui-là c’est à dire LE PRESTIGE … Le Dôme de Marseille tremblait sous l’indignation d’une certaine catégorie de spectateurs. quelques danseurs en scène …22 alternativement…La
    fée Lilas anorexique sans saveur, qui n’a pas pu, peut-être, montrer ce qu’elle savait faire…la Belle sans grand interêt, bonne danseuse c’est tout, et le reste de la troupe au fait? Un grand
    bravo pour l’Oiseau Bleu , le mâle, on s’est réveillé pendant son vol gracieux…(ce danseur devrait vite changer de compagnie). Bref une grosse déception et le sentiment certain d’avoir assisté
    à une belle escroquerie à l’ART; De qui se moque-t-on? Une bande son déplorable, des lumières vraiment minables, une cour qui se résume à 4 pauvres couples, des costumes de l’au-delà, merci au 16
    tutus bleu et à notre oiseau mâle pour les quelques minutes de plaisir glanées pendant ce spectacle.Pardon de ne pas le nommer car, ayant acheté le programme, j’ai vainement cherché le nom des
    premiers rôles, or ne sont nommés dans ce programme aussi pauvre que le spectacle, que les « ETOILES »! Je suis extrêmement sévère car 54 personnes m’ont fait confiance et les critiques allaient
    bon train. Comment peut-on programmer un spectacle pareil en France où nous avons des références en danse classiques, et des références prestigieuses L’OPERA DE PARIS. Merci aux responsables de
    cette programmation , merci de la part des enseignants en danse , merci de nous infliger un tel spectacle. Nous avons donc décidé de faire une projection vidéo  avec les Ballets de 
    l’Opéra de Paris dans La Belle et je pense que cela effacera l’ardoise dans l’esprit de certains jeunes spectateurs élèves en DANSE .

    Merci de nous permettre l’expression de nos sentiments.

  8. lefennec13 says:

    …Oui , désolé de n’avoir pas nommé tous nos théâtres prestigieux nos artistes,  mais le propos n’était pas là…Bien entendu…il n’y a pas QUE l’Opéra de Paris mais tout de même…quant à
    l’Opéra de Bordeaux, je connais sa réputation depuis longtemps. Rien que dans la région Aix Marseille il y a de la matière!Mais on ne peut être partout, donc admettez que l’on se fait une petite
    opinion sur les dires, les écrits des gens du milieu, des critiques, des Blogs aussi et merci. Ce qui séduit l’un indifère l’autre vous le savez bien.

    J »avoue me réjouire du spectacle du Béjart Ballet Lausanne.

    Justement j’en viens à la publicité concernant les ballets étrangers en tournée en France. Bien entendu,il est fort inréressant d’assister à des spectacles venus d’ailleurs…quand on peut.
    On ne peut pas toujours assister à tout, donc nous nous rabattons sur les plaquettes, les critiques, les références, afin de nous faire une idée objective et faire nos choix. C’est vrai, il faut
    prendre des risques et prendre ses responsabilités quant à nos choix et en particulier en ce qui concerne les ballets de Kiev avec des danseurs bardés de récompenses, des critiques
    fabuleuses et je ne me sentais pas le courage d’aller à Kiev pour vérifier le programme,..! Je plaisante!  Donc, Belle au Bois Dormant il y avait et beaucoup d’enfants ont souhaité assister
    à la représentation. Les parents aussi, et puis avec des danseurs russes, « pas de problèmes ». Dans la salle du Dôme, beaucoup d’écoles de danse étaient présentes . Elles n’avaient pas lu, comme
    moi d’ailleurs, les critiques sur votre Blog, que je viens de découvrir. De toute façon les places étaient déjà réservées depuis plus d’un mois donc c’était le destin ! Franchement je n’ai
    lu nulle part qu’il ne  fallait pas recommander ce spectacle…

    Plus de danseurs, des décors et  des costumes de bon goût; ce n’est pas la coiffe d’un costume qui rend les danseuses plus ou moins techniques et expressives, on le sait, mais ça
    aide.Et surtout un meilleur son, Dieu quel supplice ! Quant à nous présenter des versions courtes ou des versions longues, je laisse l’appréciation aux spécialistes .

    Mais il faut être justes..quelques jours après la colère. J’aimerai vraiment les voir tous ces danseurs,dans leur théâtre à Kiev. Je suis presque certaine d’être bluffée. Quand pensez-vous?

    En tout cas, je vais suivre attentivement vos propos cela fera balance avec les promos. de tournée.

    Treès bonne fin de journée . ëtes-vous parisienne ou parisien?

     

  9. Marion says:

    J’ai vu ce « Ballet » au Dôme…quelle déception…la bande son coupée et grésillante, le décor, comment dire, kitch à souhait, les costumes et les danseurs…

    La salle était pleine…des gens sont partis pendant la représentation. Des danseurs qui ne dégageaient rien… Quand on voit la performance d’Aurélie Dupont… Lorsque je suis rentrée de ce
     » spectacle désolant », je me suis mis la Belle avec Aurélie, pour effacer ce spectacle.

    Bcp d’applaudissements pour l’oiseau bleu…un petit chaperon hué…

    En novembre, je suis allée voir le Lac par le Ballet de St Pétersbourg, et il était de qualité !

    Bravo pour ton article en tt cas,

Répondre à lefennec13 Annuler la réponse.

Plus dans Compte-rendus scènes
Champagne au bord du lac

  Il y a deux types de personne soir de Saint Sylvestre, celles qui n'aiment pas cette soirée, et qui...

3B, 3 soirées, 3 Sacres

Nicolas Le Riche, Marie-Agnès Gillot, Ludmila Pagliero et Aurélia Bellet.   Les trois B, troisième ! Bon alors pas vraiment...

Fermer