Gala Karl Paquette au théâtre de Saint-Maur

P1030602

  Il est des week-ends avec des hauts et des bas. Cela a commencé vendredi soir, je suis allée voir Occupe toi du Bébé au théâtre de la Colline. Très belle pièce, superbes comédiens, je remercie une fois encore ma belle F*** pour les places. C’est une pièce qui parle de la vérité, qui prend les
spectateurs à témoin sur des faits et pensées, qui prennent à mesure de la pièce une subjectivité et une relativité qui nous rappelle qu’il n’y a parfois de vérité que la sienne. Malgré la
fatigue et la bande d’ados affalés sur le rang devant le mien et qui a la portable greffé dans la main, la pièce m’emporte m’absorbe, j’y crois, et cela m’énerve de mettre fait avoir. Je ne suis
pas toujours d’accord avec le propos qui ne me laisse pas indifférente et me travaille une partie de la soirée.

Le lendemain, je rate mon cours de pilates mais pour rien au monde je ne serai absente à mon cours de danse classique. Flûte le petit rat a cassé ses pointes et a oublié d’en racheter…

Le soir je vais voir Ea sola au Théâtre de la Ville et mon amie M*** ne se
joindra malheureusement pas à moi. Vite mon réseau de balletomanes et c’est Fab que je sors de son
canapé. Pardon, mille excuses Fab, pour cette pièce où nous aurions pu avoir un fou rire nerveux à tout moment. Je crois qu’il est resté enfoui – nous sommes tout de même civilisées… C’était
une performance dans sa pire acception… La seule bonne idée de la scénographie était des bâches de plastiques au sol qui se soulevaient grâce à des ventilateurs. Le reste que vous dire. Des
drapeaux qui flottent, d’autres qui restent au sol. On veut dénoncer quelque chose mais on ne comprend pas bien quoi. Des mouvements inqualifiables que Fab a imité avec un grand talent qui m’a déclenché un fou rire fou! Heureusement l’affaire ne durât que 55
minutes. Bilan, Fab a regardé sa montre une fois et moi deux. Le clou étant les spectateurs qui crient bravo parce que « le concept est hyper original ». Nous avons pour notre part préféré
poursuivre notre soirée dans un bistrot parisien autour d’une planche charcuterie fromage et vin (et oui il faut bien avoir un moment agréable dans la soirée, non mais!).

Mon week end fut donc fait de hauts et de bas.Ouf il me restait le dimanche pour remonter! J’ai rejoint L*** de Dansez manège in extremis sur le quai du RER pour aller au théâtre de Saint-Maur. Son amie
S*** nous rejoint et nous y voilà 10 minutes de marche plus tard (et non 8 comme annoncées sur le site, pas vrai Amélie?)

Petit café, papotage, c’est l’heure du spectacle. Je m’installe à cour, très à cour, tandis que j’aperçois Fab très à jardin. Amélie quant à elle est en plein centre. Même public qu’à Garnier,
mêmes balletomanes, pas de dépaysement. Ceux qui manquent doivent être au cinéma pour voir le Bolchoï.

 

  • Raymonda, pas de six

P1030514.JPG

 

Karl Paquette est toujours aussi impeccable en Abderahm. Héloïse Bourdon est radieuse avec son grand sourire. Cette fille a une joie de danser qui se transmet de façon immédiate. Dans la
variation de la claque, je la trouve belle, et rigoureuse mais peut être trop. Elle prend trop peu de risques, laisse peu traîner ses jambes et cela manque du coup de musicalité. Je lui préfère
une Sarah Kora Dayanova, bien plus joueuse et séductrice, ne parlons pas de Guillem qui est hors catégorie.

 

P1030505.JPG

 

  • La belle au bois dormant avec Marine Ganio et P-A Raveau

P1030524.JPG

Enfin une Aurore et un prince Désiré dignes de ce nom! Oui si vous avez suivi mes aventures avec ma dernière Belle au bois dormant, là aussi quand on tombe bas il faut
remonter. Marine Ganio confirme qu’elle n’a rien à faire dans la classe des quadrilles. Belle personnalité, de beaux jeux de bas de jambes. Le couple est superbe, il fonctionne
très bien. Quelques erreurs dans la variation si difficile variation de Désiré, mais la fougue de Pierre Arthur Raveau l’emporte.

 

P1030533.JPG

  • Le Lac des cygnes avec Héloïse Bourdon et Karl Paquette

 

On retrouve notre couple Bourdon/Paquette qui s’accorde bien. Paquette, partenaire attentif et met en valeur sa ballerine en permanence. Héloïse Bourdon se sent en confiance et cela se voit. Elle
est gracieuse et fluide. Son joli port de tête fait d’elle une princesse cygne majestueuse.

 

P1030542.JPG

  • Giselle, avec Silvia Saint Martin et Yann Chailloux

Dans cet extrait du IIème acte, Silvia Saint Martin montre une technique exemplaire. Elle est peut être un peu trop plongée dans le chagrin à mon goût. Le passage est plaisant, l’appui de Giselle
sur la nuque d’Albrecht est assez bien réalisé.

P1030545.JPG

 

  • La Sylphide avec Marine Ganio et P-A Raveau

Retour du couple plein de fougue, Marine Ganio et Pierre-Arthur Raveau. Ballet romantique, la Sylphide permet à Marine Ganio de montrer ses talents d’interprètes. Elle est lumineuse et son
partenaire lui rend bien.

P1030556.JPG

  • Roméo et Juliette avec Marion Barbeau et Fabien Révillon

Un des plus beaux ballets du répertoire, le plus beau de Rudolph Noureev je pense. Malgré un Fabien Révillon au physique parfait pour le rôle, je reste à côté. Difficile là pour moi de rentrer
dans la tragédie. C’est parfois le problème de ce genre de gala. Les extraits ne peuvent pas nous emporter comme le fait un ballet.

P1030564.JPG

  • Esmeralda avec Héloïse Bourdon et Karl Paquette

P1030586.JPG

Héloïse Bourdon sort un peu de son carcan trop classique (ou est ce la pièce qui lui va mieux?). La variation est bien exécutée et ses fouettés sont parfaits.

P1030583.JPG

 

Je retrouve les bloggeuses Fab et Amélie à la sortie. L’impression générale est « c’était sympa… »J’ai appris par la
suite qu’auparavant les élèves du conservatoire de Saint Maur dansaient avec ceux de l’Opéra de Paris quand il y avait ce genre de gala au théâtre. Visiblement des traditions se perdent.

 

P1030598-copie-1.JPG

 

Partager l’article !
 
Gala Karl Paquette au théâtre de Saint-Maur:

  Il est des week-ends avec des hauts et des bas. Cela a commencé vendredi soir, …

11 réflexions au sujet de “Gala Karl Paquette au théâtre de Saint-Maur

  1. Fab says:

    Mais non, t’excuse pas. Même quand on a pas aimé, c’est toujours intéressant de découvrir un autre univers… Disons que là… euh, comment dire…c’était un peu abscons…

  2. Pink Lady says:

    Merci pour le compte-rendu ! Et les photos ! (Et mon rose à disposition pour commenter !)

    J’espère que quelques vidéos du gala fleuriront sur YouTube, ça devait être sympa de découvrir ces jeunes talents dans ces grands rôles du répertoire et hors du
    contexte Garnier (mis à part le public, les titres et les chorés bien sûr..)

    Ton commentaire sur la pose finale de Giselle m’a rappelé combien cette dernière arabesque est lyrique et pleine de sens (ici Giselle se contente de poser
    sa main sur l’épaule de son partenaire, c’est quand même moins joli).

  3. Marie-Hélène says:

    Bonjour,

    Quel plaisir de vous lire! Vos articles ne sont jamais vains !

    Etant moi même balletomane et franquentant l’opéra réguièrement, j’ai grand plaisir à lire vos articles qui sont tout a fait passionnants !

    Merci de nous permettre  de suivre toute l’actualité de nos danseurs !

    Je regrette d’avoir raté le gala de Karl Paquette, j’étais au cinéma pour Giselle avec ma prof de danse ! Que j’aimerais me démultiiplier parfois !

    A Bientôt.

    Eléa

  4. Pink Lady says:

    N’est-ce pas ? Encore plus illisible que sur le fond blanc de mon blog. J’adore ce rose.

    Bon dans une autre couleur, j’ai aussi un excellent souvenir de cette Convergence (d’autant que j’etais dans ma periode fanatisme absolu), tres drole avec les
    commentaires de Hilaire, et je me rappelle justement y avoir vu Gilbert manquer de chavirer sur l’epaule de Heymann lors de cette fameuse pose…

  5. minou says:

     Super compte rendu très fidèle à l’atmosphère joyeuse du Gala Karl Paquette and Friends. Que du bonheur de voir évoluer ces jeunes danseurs à St Maur dans des variations difficiles.C’était
    impossible de ne pas se laisser attraper par leur travail de séduction. Marine, Marion, Sylvia et surtout Héloïse qui ont quand même dix ans de moins que Sarah kora ( pour ce qui est de
    la Claque) ont électrisé la salle. Magnifique Roméo et Juliette tout en jeunesse  avec Marion et Fabien. Une Sylphide avec Marine et Pierre-Arthur( un régal et une superbe
    découverte )et une Belle d’une grande précision technique et enfin un Lac à tomber en syncope avec le Karl des grands jours et une Héloïse magnifique de sensibilité . A la fin
    Esmeralda, un ballet que je ne connaissais pas avec une musique géniale et un choré endiablée qui a fini en beauté la soirée, avec ce couple nouveau qui fonctionne à merveille ou la Héloïse
    saute , tourne, fouette joue du tambourin devant ce Karl plus étoilé que jamais qui a retrouvé toute la fougue de ses 20 ans et s’envole au ceintres. C’est bien du très beau travail.

  6. LysNoir says:

    Bien le genre de Télérama, cette critique nébuleuse…Hé bien, je préfère faire confiance au Petit Rat…Et je n’irai pas bâiller devant ce spectacle!

  7. licorne says:

    On ne vous en demande pas tant « lys noir »… Peut être qu’un prochain gala Karl Paquette aux Senioriales de votre région vous réveillera et vous changera de votre lecture de chevet.

  8. lulu says:

    Pour moi qui adore Karl Paquette et Héloïse Bourdon, ce spectacle m’a enchanté. Le couple est formidable et fonctionne parfaitement bien en particulier dans le Lac des Cygnes qui était un
    véritable moment de très belle Danse , râre et inspiré comme le dit si justement le petit rat. Une complicité joyeuse dans Esmeralda avec des prouesses techniques bien maitrisées
    qui ont emporté l’adhésion totale d’un public enthousiaste. Bravo à Héloïse pour ses fouettés impeccables et merci à Karl Paquette pour son immense générosité artistique et son
    grand talent . Une Etoile qui illumine en permanence le ciel de l’Opéra.  

  9. licorne says:

    Très jolies photos du spectacle de St Maur. Bravo « le petit Rat », votre sensibilité à la Danse et à la Beauté transparait à travers vos prises de vues qui nous enchantent à chacun de vos
    déplacements… tout comme vos textes très mesurés et toujours au services des artistes.

  10. Cams says:

    Ah je regrette de ne pas y avoir été. Même si ce n’est pas aussi emballant qu’un ballet complet ça doit être bien sympa de découvrir les danseurs du corps de ballet en solistes.

Laisser un commentaire

Plus dans Compte-rendus scènes
Les danseurs chorégraphes ou l’élan de vitalité de l’Opéra de Paris

      J'ai passé une très bonne soirée ce soir, ce qui n'était pas gagné après ma longue journée....

Week end à Lyon AROP

© Opéra de Lyon       Arrivée à Lyon vers 16h, je rate la visite de l'Auditorium. En allant...

Fermer