Danse et musique à l’Eglise Saint Leu au profit des margéniaux

L'autre saison à l'Eglise saint leu

 

 

Pendant que d‘autres pouvaient se réjouir d’être au TDV pour voir Akram Kahn, pour
lequel il n’y a plus de places bien évidemment et la politique de ce théâtre, où il faut se battre pour avoir des places commence à m’agacer…Bref moi je suis allée voir le concert de l’ensemble
Dissonances qui s’est associé avec des danseurs de l’Opéra de Paris. Parmi eux on a donc retrouvé Bruno Bouché, Aurélien Houette, Allister Madin et Gregory Dominiak pour les garçons et Sarah Kora
Dayanova, Eve Grinsztajn, Fanny Gorse côté filles. L’Eglise est pleine, on retrouve un peu les mêmes têtes qu’à l’Opéra, plus les danseurs qui sont venus voir leurs camarades.

 

L'Eglise Saint Leu

 

Le principe de l’association est simple, inviter des musiciens de qualité ainsi que des grands danseurs pour offrir un spectacle gratuit et ouvrir les portes de la culture pour des gens pour qui
elles restent souvent fermées.

J’ai passé une très belle soirée. Je ne connaissais pas cette église que j’ai trouvée très belle. Les musiciens ( Doriane Galbe, Emmanuel Ceysson, Tatjana Uhde) étaient absolument géniaux et j’ai
eu le souffle coupé par leur prestation.

P1030785.JPG

 

Le premier morceau est la Passacaille d’Haendel sur laquelle Allister Madin a chorégraphié une variation pour deux couples. Lui même forme un couple avec Fanny Gorse, ils sont
amoureux, mais ils croisent une autre couple, formé par Sarah Kora Dayanova et Grégory Dominiak. Allister croise le regard de Sarah Kora et le coup de foudre est immédiat. Les deux personnages se
détachent de leur partenaire respectif, la tristesse envahit les mouvements et les expressions des deux amants délaissés. Pour le nouveau couple, ils se découvrent avec passion, dans des
mouvements assez ronds, des mouvements de bras qui s’entrelacent, entourent le corps de l’autre. Peu à peu la passion laisse place à la tendresse et à une danse plus nuancée. C’est fluide, après
avoir vu ce qu’Allister Madin avait proposé aux jeunes chorégraphes, j’ai observé qu’il se trouve
un langage que l’on reconnaît bien. On est absorbé, il arrive à nous raconter son histoire avec une certaine aisance, l’interprétation des danseurs est exemplaire.

 

P1030787.JPG

 

C’est un grand classique qui suit ce premier morceau, la mort du cygne de Tchaikovsky avec dans le rôle titre Eve Grinsztajn. Silence d’église, tout le monde retient son souffle,
dans ce lieu qui apporte encore plus de solennité au morceau. Eve parfaite dans ce cygne à l’abandon. Joli moment de grâce.

 

P1030792.JPG

 

La sonate pour violon et violoncelle de Schulhoff m’a particulièrement touchée. L’accord entre les deux instruments est parfait et la virtuosité des musiciennes me laisse sans voix.

Sur les fantaisies de Saint-Saëns, Allister Madin signe une chorégraphie délicate qui tourne encore autour du thème du couple. Fanny Gorse y est absolument impeccable et le duo fonctionne à
merveille. La musique est un petit bijou.

 

P1030805.JPG

 

Pour finir la soirée, Aurélien Houette et Eve Grinsztajn nous régale avec une chorégraphie signée Bruno Bouché qui une fois de plus m’impressionne par son talent de chorégraphe.
Les portés sont superbes et des lignes qui s’en dégagent sont nuancées en énergie et en volume. Aurélien Houette est une nouvelle fois parfait, ce danseur est définitivement merveilleux et
parvient à faire passer des émotions fortes et qui restent dans les yeux et dans la tête.

 

P1030818.JPG

 

J’ai passé une excellente soirée, même si le froid m’a un peu crispée par moments. Je sais qu’il n’a pas fait que du bien non plus aux danseurs qui ont quelque peu souffert de la température
ambiante. Petit bémol pour la mise en scène, on aurait aimé plus de choses sur les marches pour une meilleure visibilité. L’initiative est belle et la soirée fut réussie. Bravo à tous les
artistes qui ont su s’investir dans cette jolie cause, et aussi pour le plaisir de nos yeux et de nos oreilles.

 

 

Partager l’article !
 
Danse et musique à l’Eglise Saint Leu au profit des margéniaux:

 

 

Pendant que d’autres pouvaient se …

3 réflexions au sujet de “Danse et musique à l’Eglise Saint Leu au profit des margéniaux

  1. stephanie says:

    Bonjour,

    Je decouvre ce blog, moi qui suis également passionnée de danse, et c’est formidable.

    J’apprécie vos critiques, la qualité des infos, des images, bref bravo!

    Je reviendrai quotidiennement, c’est certain!

    Merci beaucoup…

  2. Cams says:

    Qu’est-ce que j’aurai aimé y être!!

    Mais j’étais à un concert ce soir là, c’est bien aussi!

    Le programme était très alléchant en tout cas avec de nouvelles chorégraphies d’Allister Madin, Eve Grinzstajn dans la mort du cygne… Ca devait être quelque chose!

Répondre à stephanie Annuler la réponse.

Plus dans Compte-rendus scènes
Quand Pietra rime avec cata…

Il est en danse comme ailleurs des découvertes qui vous marquent. Je me souviens par exemple d'avoir été fascinée par...

Kraffff, un sacré tour de papier!

  Il est des moments où on peut lier l'utile à l'agréable, c'est-à-dire voir de la danse tout en travaillant....

Fermer