Concours interne de l’Opéra de Paris Femmes 2010

Plafond Garnier 

Je n’ai pas pu assister au concours des quadrilles, je vous mets les variations.


  • Quadrilles femmes passage à 10h00

 

Variation imposée : Le Lac des cygnes, 2ème variation du Pas de trois à l’acte 1 chorégraphie de Noureev d’après Marius Petipas.

 

Julie Martel, 29 ans

AREPO Maurice Béjart

 Lucie Mateci, 28
ans

Le lac des cygnes(variation du cygne blanc à
l’acte II) Noureev

 Sophie Mayoux, 18
ans

Casse-Noisette, Grand Pas, variation de Louise à
l’acte II de Neumeier

 Sophia Parcen, 31
ans

Roméo et Juliettevariation de Juliette à l’acte I
Noureev

 Sylvia-Cristel
Saint-Martin, 19 ans

Sylvia, variation de Sylvia à l’acte III,
L.Darsonval d’après L. Mérante
 

Lydie Vareilhes, 21 ans

Suite en blanc, variation de la Cigarette,
Lifar

 Gwenaëlle Vauthier, 29
ans

Carmen, Variation de la Taverne, Roland
Petit.

 Jennifer Visocchi, 21
ans

The four seasons, variation du printemps, J.
Robbins

Anémone Arnaud, 27 ans

Coppélia, variation de Swanilda, La Danse
Espagnole à l’acte II, Patrice Bart

Marion Barbeau, 19 ans

Raymonda, variation d’Henriette à l’acte II,
Noureev

 Léonore Baulac, 20 ans

The four seasons, variation de l’automne,
Robbins

 Julia Cogan, 18 ans

Giselle, variation de Giselle à l’acte I, J.
Coralli et J.Perrault

 Leïla Dilhac, 28 ans

Carmen, Variation de la Taverne, Roland
Petit

Peggy Dursort, 33 ans

L’histoire de Manon, variation à l’acte II, K.
Mac Millan

 Lucie Fenwick, 22 ans

Raymonda, variation de Raymonda dans la valse
fantastique à l’acte I, Noureev

 Miho Fujii, 30 ans

Raymonda, variation de Raymonda de l’acte III,
Noureev

 Letizia Galloni, 19 ans

Don Quichotte, Variation de Kitri acte I,
Noureev

 Marine Ganio, 22 ans

Carmen, variation de la chambre, R.Petit.

Juliette Hilaire, 21 ans

Notre-Dame de Paris, variation d’Esmeralda à
l’acte I, Roland Petit

 

Résultats des quadrilles : 
1. Saint-Martin Sylvia Cristel , promue Coryphée
2. Barbeau Marion
3. Dilhac Leïla
4. Baulac Léonore
5. Ganio Marine
6. Hilaire Juliette

 

 

 

  • Coryphées femmes passage à 12h10

 

Variation imposée : Paquita, Grand Pas variation de Paquita, Pierre Lacotte

 

La variation présente de nombreuses difficultés techniques, ce qui du coup a permis d’éliminer des candidates assez rapidement. Laurène Lévy
malgré la légèreté de ses sauts, et de son interprétation fait plusieurs petites erreurs, Aubane Philbert semble tendue, et c’est la cas de beaucoup de danseuses. Très peu interprètent le rôle,
mis à part Charlotte Ranson et Fanny Gorse. Eleonore Guérineau est très solide techniquement mais bizarrement elle sourit peu ce qui fait un gros contraste avec ses camarades.

Dans l’ensemble, les variations choisies sont de grands classiques. Certains choix me semblent moins judicieux dans la mesure où ils demandent
aussi beaucoup de technique. J’aurais aimé voir plus de variations contemporaines.

Laurène Lévy est une très belle Nikiya plongée dans un profond chagrin. Elle gagne son classement avec cette variation libre. Aubane Philbert
semble toute aussi tendue pour sa variation libre. Sa belle Gamzatti disparaît dans les passages techniques. C’est dommage, je trouve que c’est une danseuse pleine de talents. Charlotte Ranson
fait une prestation exemplaire dans ses mirages. C’est ma variation préférée de cette classe, l’interprétation est belle, c’est bien dansé et avec musicalité. Je ne comprends pas son classement.
Je la voyais promue ou deuxième. Caroline Robert ne me touche pas dans son cygne. Pauline Verdusen présente une Esmeralda trop maniérée ce qui ne me plaît pas beaucoup. Laure Adélaïde Boucaud
s’en sort très bien dans sa Paquita, pourtant très difficile ; il y a de bonnes choses. Lucie Clément fait un passage correct. Valentine Colasante, la promue ! Tout d’abord félicitations à elle.
Sa sérénade est plein de fraîcheur, de jeunesse et de malice. Bravo, sa place parmi les sujets est bien méritée. S’en suivent deux Carmen. J’ai préférée la version de Fanny Gorse à celle de
Daphné Gestin, ce qui n’est visiblement pas le cas du jury. Je pensais que l’automne d’Eléonore Guérineau lui donnerai la première place, tant elle était belle, et élégante dans sa
danse.


Laurène Lévy, 25 ans

La Bayadère, variation de Nikiya Acte II,
Noureev

Aubane Phibert, 21 ans

La Bayadère, Gamzatti acte II, Noureev

Charlotte Ranson, 25 ans

Les mirages, variation de l’ombre, Serge
Lifar

Caroline Robert, 28 ans

Le lac des cygnes, variation du cygne blanc à
l’acte II, Noureev

Pauline Verdusen, 27 ans

Notre-Dame de Paris, variation d’Esmeralda à
l’acte I, Roland Petit

Laure-Adelaïde Boucaud, 21 ans

Paquita, variation de l’étoile,
O.Vinogradov

Lucie Clément, 35 ans

Le corsaire, M. Petipa

Valentine Colasante, 21 ans

Suite en Blanc, variation la sérénade, Serge
Lifar

Daphné Gestin, 29 ans

Carmen, variation de la chambre, Roland
Petit

Fanny Gorse, 22 ans

Carmen, variation de la chambre, Roland
Petit

Eléonore Guérineau, 22 ans

The four seasons, variation de l’automne,
J.Robbins


 

Résultats des coryphées :

1. Colasante Valentine , promue Sujet
2. Guérineau Eléonore
3. Gestin Daphné
4. Ranson Charlotte
5. Lévy Laurène
6. Gorse Fanny

 

 

  • Sujets femmes passage à 14h55

 

Variation imposée : L’histoire de Manon, variation de Manon à l’acte II, Kenneth Mac Millan

 

A l’inverse des coryphées, la variation des sujets est une variation où il faut beaucoup interpréter le rôle. Les sujets nous ont présenté un
super concours. Pas une n’était là « pour voir », toutes ont dansé avec un plaisir intense, qu’elles nous ont bien communiqué. Un bonheur de voir ces danseuses qui sont vraiment au dessus des
autres. Elles méritaient presque toute pour une raison ou pour une autre d’avoir la place. Pour la variation imposée donc, chacune a proposé sa Manon. Sabrina Mallem présente une Manon très
sensuelle et très musicale. Alice Renavand est parfaite ! Elle est touchée par une grâce toute particulière qui envahit la scène (et la salle!) à son passage. Sarah Kora présente une Manon bien à
elle, sa prestation est très intéressante, elle surprend vraiment le spectateur. Les admirateurs de Mathilde Froustey, doivent être déçus une nouvelle fois. Techniquement c’est parfait, mais
comme toutes (ou presque). Séverine Westermann est peut être celle qui semble le moins à l’aise avec le rôle. Héloïse Bourdon dont j’ai du chasser le papa de ma place (désolée mais je vois trop
bien d’où je suis…) présente une Manon un peu trop classique et souriante à mon goût.

Les variations libres des sujets sont passionnantes. J’ai passé un très bon moment. Le niveau technique est très bon, elles ont pris des
variations risquées pour différentes raisons, parce que ces variations leur ressemblent ou au contraire on ne les imaginait pas là dedans. Laurence Laffon est incroyable dans la soeur bossue, à
en faire peur. J’ai adoré. On reste dans la même ambiance avec Sabrina Mallen qui est poignante et terriblement touchante dans sa variation du bidet. Alice Renavand badine avec la danse. Sa grâce
toute particulière s’adapte avec merveille dans cette variation. Pour moi, c’était elle la première danseuse. Je ne vois malheureusement pas le cygne dans la variation de Séverine Westermann,
c’est trop lisse, trop propre, trop classique. Amandine Albisson est joueuse et s’amuse avec les spectateurs dans son Esmeralda. Marie Solène Boulet est un peu trop effacée dans sa variation de
Louise. Héloïse Bourdon est un superbe cygne, avec une technique parfaite. Je la trouve encore un peu jeune pour monter. De toutes façons nous savons tous que c’est quelqu’un à suivre parce que
partie comme cela elle fera de grandes choses. Sarah Kora Dayanova nous mets une grande claque avec sa Raymonda. Elle en met plein la vue à toute la salle. Cette danseuse a vraiment de belles
ressources. Mathilde Froustey qui déclenche bien des débats et discussions présente une variation techniquement parfaite. Je la trouve trop maniérée, ce qui me gêne  dans la lecture du
personnage de Carmen.  Charline Giezendanner fait une belle prestation, de même que Christelle Granier.

Je comprends très bien la difficulté du jury à départager ces danseuses. Je trouve cela dommage car quelque soit la jeune femme promue j’aurai
trouvé que cela se justifiait tant cette classe m’a fait une bonne impression. La suite demain avec les garçons.


Laurence Laffon, 32 ans

La maison de Bernarda, variation de la soeur
bossue, Mats Ek

Sabrina Mallen, 30 ans

Appartement, variation du bidet, Mats Ek

Alice Renavand, 30 ans

Magnificat, badinerie, J. Neumeier

Severine Westermann, 29 ans

Le lac des cygnes, variation du cygne noir à
l’acte III, Noureev

Amandine Albisson, 21 ans

Notre – Dame de Paris, variation d’Esméralda à
l’acte I, Roland Petit

Aurélia Bellet, 30 ans

Other dances, 1ère variation, J. Robbins.

Marie-Solène Boulet, 33 ans

Casse Noisette, Grand Pas, variation de Louise à
l’acte II, J. Neumeier

 Héloïse Bourdon, 19
ans

Le lac des cygnes, variation du cygne blanc à
l’acte II, Noureev

 Sarah Kora Dayanova, 26
ans

Raymonda, variation de Raymonda à l’acte III,
Noureev

 Mathilde Froustey, 25
ans

Carmen, variation de la taverne, Roland
Petit

Charline Giezendanner, 31 ans

Etudes, A. Lander

 Christelle Granier, 31
ans

Other Dances, 2ème variation, Jerome
Robbins

 

Après 4 tours, le jury n’est pas parvenu à donner le nom d’une danseuse à la majorité. Aucune sujet
n’est promue première danseuse.



 

Partager l’article !
 
Concours interne de l’Opéra de Paris Femmes 2010:
 

Je n’ai pas pu assister au concours des quadrilles, je vous mets les variatio …

3 réflexions au sujet de “Concours interne de l’Opéra de Paris Femmes 2010

  1. Cams says:

    Je pense aussi qu’ils auraient dû promouvoir une première danseuse. Elles étaient toutes excellentes, ça n’aurai pas fait beaucoup de débat.

    C’est drôle les impressions si différentes qu’on peut avoir en voyant les même prestations. Je n’ai pas accroché avec la Manon d’Alice Renavand. En même temps elles donnaient toutes quelque chose
    de personnel donc après, chacun a sa sensibilité. J’ai eu un vrai coup de coeur pour Sabrina Mallem dans tout ce qu’elle a fait sur le concours.

  2. brigitte le naour says:

    Vous vieillissez cruellement Charline Giezendanner qui n’aura que 27 ans le 25 janvier 2011.

Répondre à Cams Annuler la réponse.

Plus dans Compte-rendus scènes
Boxe, boxe ça cogne à Chaillot!

  Ça cogne et ça réveille ! Whou quel spectacle ! Mourad Merzouki nous met KO avec son nouveau spectacle....

Paquita olé!

  Paquita est un ballet qui provoque en moi une émotion toute particulière. La dernière fois que je l'ai vu...

Fermer