Concours interne de l’Opéra de Paris 2009




Je n’ai pas pu y assister, il faut y être invité. J’ai la chance d’avoir mon professeur qui y a assisté et qui a eu une longue conversation avec Nicolas Le Riche ; deux trois problématiques en sont
ressorties et il me semble intéressant de vous les communiquer.
Tout d’abord il semble que le niveau ne soit pas fou, ou du du moins bien différent d’avant. Le Riche trouve qu’aujourd’hui le public attend la performance à tout prix et ne tient plus compte de
l’évolution des corps. Il dit que les corps des danseurs aujourd’hui sont plus musclés que lui même fait plus de travail musculaire. Il est angoissé parce que le public n’accepte pas que les corps
vieillissent et qu’un danseur à 40 ans ne danse pas de la même façon. La performance technique tendrait elle à détruire d’autres choses essentielles comme la grâce, la théâtralité, l’interprétation
d’un danseur? Peut être quand on voit que le public n’applaudit que les performances comme les fouettés à l’italienne ou les grands manèges… Je crois qu’il faut accepter qu’un danseur en fin de
carrière ne fasse plus trois mais deux tours parfaits. Le public de Lyon a accueilli avec un enthousiasme débordant le couple Mikaïl Baryshinikov et Ana Laguna. Le public de Paris en aurait il fait
autant? Nicolas Le Riche a sans doute raison sur ce point. A méditer…

Alors pour le concours, j’ai parcouru différents articles, blogs et autres (amis invités au concours) et mon avis diverge beaucoup. Je suis pour ma part contente que Mlle Froustey n’est pas
eu  le poste. Je n’ai rien contre elle personnellement, mais je ne suis pas d’accord sur le fait que son chemin est tout tracé vers le titre suprême. Je ne me réjouis pas qu’elle soit
distribuée avec Mathias Heymann dans Casse Noisette, j’aurais préféré voir d’autres danseuses.  En réalité je la trouve sur-médiatisée, et que sur bien des points, ses camarades sont
bien meilleures qu’elle.  Il n’y a pas besoin d’être ptrmière danseuse pour être étoile, si le directeur veut la nommer il le fera en temps voulu.Elle sait faire parler d’elle, mais le concours est le concours et si elle n’a pas été promue c’est qu’il y avait ce jour là
meilleure qu’elle.
Je vous rappelle que la note finale est une association de trois notes : 
assiduité aux cours, note technique et note artistique. J’aurai bien vu par contre Alice Renavand, qui a une profondeur et une fraicheur très particulière. Un peu déçue pour Audric Bézard. Trêve de
blabla voilà les résultats :

Artistes Femmes

Première Danseuse

Mademoiselle Ludmila PAGLIERO (26 ans)

Sujets

Mademoiselle Amandine ALBISSON (20 ans)
Mademoiselle Héloïse BOURDON (18 ans)
Mademoiselle Sévérine WESTERMANN (28 ans)

Coryphées

Mademoiselle Laure-Adélaïde BOUCAUD (20 ans)
Mademoiselle Aubane PHILBERT (21 ans)
Mademoiselle Valentine COLASANTE (20 ans)

 

Artistes Hommes

Lire la suite…

Premiers Danseurs

Monsieur Josua HOFFALT (25 ans)
Monsieur Vincent CHAILLET (25 ans)

Sujets

Monsieur Florimond LORIEUX (22 ans)
Monsieur Fabien RÉVILLON (23 ans)

Coryphées

Monsieur Yann CHAILLOUX (25 ans)
Monsieur Adrien COUVEZ (28 ans)
Monsieur Mickaël LAFON (21 ans)

 

Le lien sur le site de l’Opéra de Paris

http://www.operadeparis.fr/cns11/live/onp/actualites/index.php?lang=fr

 

Pour le programme complet des variations choisies par les candidats, c’est sur cette page : Variations du concours interne de l’Opéra de Paris
2009

 



 

Partager l’article !
 
Concours interne de l’Opéra de Paris 2009:
Je n’ai pas pu y assister, il faut y être invité. J’ai la chance d’avoir mon professeur qui y a assis …

3 réflexions au sujet de “Concours interne de l’Opéra de Paris 2009

  1. marie says:

    Bien sur qu’il faut arrêter avec ce mythe de la technique, cette course à la performance, mais pas d’accord sur Mathilde Froustey  dont je ne trouve pas justement qu’on ne remarque que la
    technique : cette fille est très très artistique, ses ports de tête, ses bras, me laissaient justement penser qu’enfin on sortait de l’ère du tout technique, et je suis déçue pour elle… Mais quel
    âge a-t-elle? Elle aura certainement encore du temps devant elle…

  2. mimylasouris says:

    Très appréciable, cet avis loin de tout emballement. Le propos tenu par Leriche est effectivement très pertinent, et en y pensant, cadre très bien avec ce que j’ai noté dans Amoveo, à
    savoir que lorsqu’il rejoint le corps de ballet, ses sauts ont peut-être moins de hauteur que chez les plus jeunes, mais une ampleur tout à fait différente – quand bien même il ne ferait
    qu’esquisser un grand saut, la détente est d’un telle qualité que cela demeurerait plus impressionnant (et on revient au sens premier du mot : ce qui impressionne, imprime une pression, un effet,
    qui touche, et non d’abord ce qui est spectaculaire).

Répondre à marie Annuler la réponse.

Plus dans Compte-rendus scènes
Un avant goût de danse contemporaine…

Petit avant goût ce mercredi soir du spectacle AMOVEO/RÉPLIQUES/GENUS... tels des petits rats nous nous faufilons dans le couloirs de...

Giselle en version russe Жизель

"Quand elle est apparue sur scène, des frissons ont parcouru mon échine"... C'est un beau résumé de ce que provoque...

Fermer